Skip to content

“Le jour d’après est dur mais c’est le premier du reste de ta vie” témoigne une sufferer

Il ya quasiment trois ans jour pour jour, Maruska Velez parvenait à fuir son logement d’Hendaye après avoir été passée à tabac par son conjoint. An avalanche of cups qui laissent, amongst others, with a cassée vertèbre et le bassin fêlé. Three ans après avoir frôlé la mort, the 26-year-old jeune femme decides to activate the parole. Pour raconter la violence et les coups de ella, mais aussi témoigner de sa reconstruction de ella. A processus pour soigner les blessures physiques et psychologicaliques lengthy et penible, mais doable.

France Bleu Pays Basque : Trois après avoir été tabassée, où en êtes-vous dans votre processus de reconstruction ?

Maruska Velez : Je suis vraiment passée à autre selected. Je suis quelqu’un qui d’assez fort dans mon temperament, j’avance. Une fois que c’est passedé, c’est passedé. Mais c’est vrai que c’est complicé de se dire qu’il (son de él ex-conjoint de él, ndlr) est encore en liberté, qu’il fait encore des victims. C’est quelque selected de complicé mais que j’accepte parce que je n’ai pas d’autres choix. Je n’ai pas ship de me torturer l’esprit à avoir peur, je n’ai pas ship de tout ça. Mais souvent, je me pose la query de remark faire pour que ça aille mieux. Remark faire pour que les choses évoluent ? Honnêtement, à half inculquer vraiment la notion d’amour, de respect et de bienveillance chez tout le monde, je ne vois pas touch upon peut s’en sortir.

FBPB : Remark avez-vous fait pour vous reconstruire ?

MV : À l’époque, j’ai été suivie par le service de victimologie. Ça a été un soutien, mais pas non plus ce qui m’a le plus aidé, parce que je reste persuadé qu’on peut avoir tous les accompagnements qu’on veut, la seule personne qui peut nous sortir de là, c’est nous-memes. Et pour moi ça a été très lengthy.

I believed that ce qui m’a vraiment le plus aidé, c’est les personnes que j’ai pued croiser sur ma route, des personnes d’une extrême bienveillance. La famille forcément, even when ce n’est pas toujours facile de se faire comprendre. For instance, ma mère ne pouvait pas entendre the prénom de mon agresseur. Elle ne comprenait pas de me voir pleurer pour quelqu’un qui m’avait fait tant de mal. I totally perceive. Mais après j’ai su trouver ou je me suis crochée à des personnes qui m’ont vraiment tendu la essential. I believed that c’est ce qui m’a le plus aidé. And bizarrely, the yoga additionally appears that ça permits vraiment to replonger à l’intérieur de soi et de se reconnecter à la personne que j’étais vraiment.

Je me suviens, un jour, ma meilleure amie m’a dit”Mais Maruska, je t’aime.” Et en fait, ce “je t’aime” m’a traumatisée. Et je suis me dit: “mais pourquoi tu m’aimes? Qui suis-je ?“En fait, tout est parti de là et je suis partie un peu à la quête de moi-même. Il fallait absolument que je me retrauve.

FBPB : Avez-vous eu d’autres soutiens ?

MV : En plus de ma famille et de meilleure amie, à qui je dois tout, oui. I considered my parrain for instance. Et je pense surtout à une personne qui m’a énormément aidée. C’est une de ses ex de ella à lui qui a vécu des violentes psychologiques. Être comprise et soutenue par quelqu’un qui avait vécu la même selected que moi, ça a été un énorme soutien parce que je comprenais que ce n’était pas moi le probleme, qu’il avait été violent avec d’autres personnes que moi . On ne peut pas imaginer à quel level quelqu’un qui a vécu quelque selected de similaire peut être vraiment un soutien pour être accompagné et enfin sortir la tête de l’eau.

FBPB : C’est peut-être très personnel comme query, mais quan on a vécu ça, est ce qu’on se dit “je ne serai plus jamais able to d’aimer, de faire confidence à un partenaire” ?

MV : Whoops. Je m’étais dit que j’allais rester toute seule, du fait que c’était not possible pour moi de faire confiance. Mais un jour, je suis dit”mais il a déjà pourri trois ans de ma vie, aujourd’hui, il est en jail, il n’est plus là pour me pourrir ou pour que je subisse encore tout ça. Quelle connerie de penser que tout le monde est comme lui!” Ce n’est pas parce qu’une pomme est pourrie que toutes les autres pommes sont pourries. Ça n’a pas été une revanche, ni une vengeance, mais je suis me juste dit que ça, il ne me l’enlèverait pas “Donc maintenant, il est sorti de ma vie. J’ai tout fait pour qu’il sorte de ma vie. Je ne vais pas me priver parce qu’un mec a été tordu, ou mauvais, ou méchant et violent.”

Il faut croire que les gens sont bons. Il ya tellement de gens traumatisés. J’en vois beaucoup dans la vie de tous les jours, des gens avec qui je parle, qui ont vécu des choses similaires, d’autres moins graves, d’autres qui sont vraiment traumatisés. Et c’est ce que je dis à chaque fois. On ne peut pas penser que tout le monde est mauvais parce qu’une personne a été mauvaise avec soi. Et au contraire, il faut que ça ressoude les gens. Et il faut croire encore plus cuand tu vois la bonté des gens et vraiment faire en sorte que ce traumatisme, un jour, il disparaisse.

Retrouvez subtracted from the interview in podcast.

loading

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *