Skip to content

La relation amour-haine des journalistes avec Twitter

After they’re acquired by the billionaire controversé Elon Musk, the stream entoures the way forward for the social useful resource aux 237 million d’utilisatrices et utilisateurs quotidiens, or les comptes de journalistes sont parmi les plus présents et actifs.

Nombreux sont ceux et celles qui auraient du mal à quitter [Twitter]automobile il représente une half très importante de leur travailassured à l’AFP Nic Newman, de l’institut Reuters pour l’étude du journalisme.

Cet professional britannique des médias travaillait à la BBC when Twitter left, in 2008-2009. Une fois leur réticence initiale passée, les journalistes s’en sont servi de manière incroyably fortebe souvient-il.

Et son utilization est deeply ambivalentdefined the editorial director of l’INA (Institut nationwide de l’audiovisuel français), Antoine Bayet, I interrogated by l’AFP the du competition Médias en Seine à Paris.

A direct entry to an infinite bassin of potential sources

L’un des changements introduits par Twitter a été de faciliter le contact direct des journalistes avec des sources d’info, especialistes comme figuras politiques.

Twitter to this new Rolodexaffirms M. Newman, in référence au vieux carnet d’addresses rotatif identifié au XXe siècle.

Autre révolution, the media ont cessé d’être systématiquement les premiers à révéler un événement au public, en étant souvent devancés par des internautes qui témoignent d’une actualité soudaine (accident, attentat, and many others.).

Cela a significantly fait évoluer le rôle des journalistes, désormais benefit lié au fait de contextualiser et de verifier des informations [d’abord sorties sur Twitter]Souligne M. Newman.

Of the identical, establishments, political figures and célébrités talk regularly par le biases de Twitter, et y faire de la veille est incontournable.

Sur un plan plus personnel, Twitter a permis à des journalistes de s’y construiré comme une marque à half entière, au-delà même de leur employerreported by the AFP Stephen Barnard, chercheur spécialiste des médias à l’Université américaine Butler.

Pour autant, après la fièvre des débuts, des voix critiques se sont fait entendre.

Le discours public enflammé par les réseaux sociaux

Twitter destroys American journalismclamait l’éditorialiste du New York Occasions Farhad Manjoo dans une tribune en 2019. Il pointait le fait that they’re the mode of perform to encourage polemics and instantaneous indignations, with out prize of recult.

One other recurrent reproach: le fait que ce réseau, où les courses plus éduquées and les groupes militants are surrepresentés, affords a imaginative and prescient qui n’est pas celle de la majoritye de la inhabitants, au risque de couper les journalistes de la réalité.

« Se focaliser sur Twitter have a tendency à deformer la manière dont les gens, et les journalistes, voient le monde. Cela donne l’impression que certains comportements et opinions sont plus répandus qu’ils ne le sont réellement »

A quotation of Mathew Ingram, specialist in numerical media au Columbia Journalism Evaluate.

Cela a sans responde été un problème dans les salles de réactionrenchérit M. Newman.

J’espère que c’est un level dont les journalistes ont conscienceveut croire M. Barnard. The query isn’t forcefully celle de l’util, mais de la distance qu’on réussit à mettre ou pas avec luiabode M. Bayet.

Le foisonnement de la désinformation du harcèlement en ligne

Lastly, the denier factor au passif de Twitter, il a exposé les journalistes à un flot de désinformation et de harcèlement comme jamais auparavantnotice M. Ingram.

After the large licences, determined by Elon Musk, who ne fait pas mystère de son mépris pour les journalistes, des craintes ont émergé que Twitter ceased purely et merely de fonctionner.

Even when it appears prefer it’s possible, M. Barnard judges qu’à côté des membres du workers de Twitter, les journalistes feraient partie des catégories qui en seraiente les most affected.

For Mathew Ingram, si cela devait arriver, [les journalistes] devraient revenir à des façons plus traditionnelles de chercher et rapporter des informations, et trouver d’autres manières d’interagir avec le lectorat. Mais peut-être que ce serait une bonne selected.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *