Skip to content

A bubble of « incandescent » gasoline circulates autour du trou noir géant de la Voie lactée à une vitesse vertigineuse

On Might 12, 2022, the primary picture of the central noir trou noir de notre Galaxie, Sagittarius A* était dévoilée. Les chercheurs continuent depuis leurs études sur cet astre supermassif. And in observant of the données du radiotelescope Alma, ils ont fait une découverte surprenante: a bubble of incandescent gasoline orbits autour du trou noir, à 30% de la vitesse de la lumière! Remark l’expliquer ?

On Might 12, 2022, the premiere picture of the trou noir central de notre GalaxyGalaxy était dévoilée par l’Occasion Horizon Telescope (EHT). Sagittarius A* était seen pour la première fois, even when they’re accretion dialaccretion dial. L’event d’en apprendre plus sur ce trou noir supermassiftrou noir supermassif of près of 4 milliards of plenty solaires! Situé au coronary heart of the milky meansmilky meansat 27,000 années-lumièreannées-lumière de la Terre, Sagittarius A* aura donné des difficultés aux scientifiques : cinq ans de travail acharné ont été nécessaires pour le mettre en picture. Actually, the observations on them are primarily based on the date of 2017, and on this effectuées par un réseau de huit radiotélescopes, dont l’Atacama Massive Millimeter/submillimeter Array (Alma), positioned on the Southern European Observatory (IT’SIT’S) au Chili.

Mais après l’avoir mis en picture, des chercheurs ont utilisé les statement d’Alma pour en déduire des properties de notre trou noir, et de son environnement. Et, coup de likelihood pour eux, ils y ont repéré un étrange phénomène, détaillé dans une étude de Astronomy & Astrophysics : a level chaudlevel chaud orbitant à grande vitesse tout autour de Sagittarius A* ! « Nous pensons que nous sommes en practice de regarder une bulle de gaz incandescentincandescent glissant autour de Sagittaire A* sur une orbitorbit similaire in taille à celle de la planete mercuremercure, mais faisant an entire tour in seulement 70 minutes environ. Cela wants an environment friendly pace round 30% of the vitesse de la lumierevitesse de la lumiere ! », s’enthousiasme Maciek Wielgus dans un communiqué de l’ESO, premier auteur de l’étude et astronomyastronomy ouch Max Planck Institute for RadioRadio astronomy to Bonn, in Germany.

Le trou noir supermassif Sagittarius A*, mis en picture par l’Occasion Horizon Telescope Collaboration (EHT), accompanied by a vue d’artiste indiquant où se situent le level chaud et son orbite autour du trou noir, d’après la modélisation des données prévisionnelles d’Alma. © EHT Collaboration, ESO, M. Kornmesser, M. Wielgus

An eruption of Sagittarius A* ejected a bubble of plasma…

D’après l’étude, ce level chaud trouve son explication dans l’éruption des trous noirs. In impact, the observations that have been utilized by the chercheurs dataient on the time of April 6 and seven, 2017, and April 11, 2017. Or, an eruption of noir Sagittarius A* s’est produced juste avant ces dernières observations, detected dans them x-rayx-ray pair him area telescopearea telescope Chandra. Les données récoltées par les chercheurs, des courbes de lumière polarisée, ont alors changé et ils ont les interprétées comme la génération d’un level chaud tournoyant à grande vitesse autour du trou noir. Automotive le changement de courbe de lumière polarisée point out a modification des magnetic shampoosmagnetic shampoos entourant le trou noir.

Et pour les chercheurs, c’est une foresees que tout se joue par des champs magnetiques! « Maintenant nous trouvons des preuves strongstrong pour une origine magnetic de ces éruptions, et nos observations nous donnent un index sur la géométrie du processus. Les nouvelles données sont extrêmement utiles pour will assemble une interpretation théorique de ces évènements », explains Monika Mościbrodzka, co-author of the étude et astronome à l’université Radboud. Ces éruptions de trous noirs ressemblent à cells que déroulent à la floor de nore étoileétoilehe SoleilSoleilon the origin of polar aurorspolar aurors.

Dans le cas d’un trou noir, le gasolinegasoline chaud que orbite très rapidement autour de lui varieties a disque d’accretion. Au sein du dial, the matierematiere est tellement chauffée, à des tens of millions of levels, qu’elle change in plasma, donc en gasoline ionisé et magnetisé. Du fait des circumstances extremes of temperature, strainstrain, vitesse, qui regnent dans le dial, différents champs magnetiques sont générés, qui interagissent entre eux et se tordent. Lorsque ces champs reencontrent, ils peuvent se reconnecter ou reconfigurar, menant à ce l’on appelle une magnetic reconnection. Part of itvitalityvitality accumulée avant la reconnexion est alors éjectée, que cela soit sous type of x-rays, of chaleurchaleur, ou même immediately de matière. Et c’est ce que les chercheurs ont noticed : une effervescent with incandescent gasoline, « In orbit dans le sens des aiguilles d’une montre dans une région la plus interne du flux d’accretion »décrit l’étude.

qui s’est ensuite refroidie ! Et c’est ce que les chercheurs ont vu.

Lastly, the temoignent observations of a brand new phénomène from eruptions, unknown jusqu’à maintenant: the refroidissement des plasma jets emis par cette éruption que retent en orbite autour du trou noir. « Ce qui est vraiment nouveau et intéressant, c’est que de telles éruptions n’étaient jusqu’à présent clairement présentes que dans les observations en rayons X et en infraredinfrared of Sagittarius A*. Ici, nous voyons pour la première fois une indication très forte que des factors chauds en orbite sont aussi présents dans les observations radio », Maciek Wielgus defined.

Automotive le fait que cette is effervescent with gasoline ait été noticed dans les des radios point out une température assez faible, ces des étant étant moins énergétiques des x-rays, ou infrarouges. « Peut-être que ces factors chauds detectés sous ondes infrarouges sont une manifestation du même phénomène physique : des que les factors chauds émettant dans l’infrarouge refroidisent, ils deviennent seen dans les longueurs d’the placelongueurs d’the place plus lengthy, as cells noticed by l’Alma et l’EHT », Added Jesse Vos, co-author of the étude et doctorant à l’université Radboud aux Pays-Bas. For the suite, les chercheurs comptent se pencher encore plus sur ce phénomène, notamment par des observations avec l’EHT. « With a bit likelihood we pourrons un jour affirmer que nous “savons” ce qui se passe dans Sagittarius A* »Maciek Wielgus concluded.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.